Pourquoi utiliser du câblage informatique de qualité ?

Il est clair que le câblage a une place importante dans une entreprise et cela bien qu’il soit négligé par beaucoup d’entre elles. Cependant, toutes les sociétés spécialisées dans ce domaine précis connaissent sa nécessité pour un bon fonctionnement de leur infrastructure informatique. Il est ironique de constater que même les entreprises avec un département IT (Information Technologie –> technologie de l’information en français) ou même celles dont le secteur d’activité principal est l’informatiques, le câblage est parfois annexé afin de ne pas dépasser les budgets.

Les câbles jouent le rôle de transporteurs de données et ils sont donc primordiaux pour la rapidité de l’information. Comme le Fondateur et Responsable de wilight telecoms Sàrl aime l’imager, le câble serait une autoroute. Selon la catégorie, elle comporterait une ou plusieurs voies dans laquelle roulerait un ou des véhicules (débit de données). A quoi sert une voiture puissante si elle ne peut pas utiliser ses performances, car l’autoroute est en mauvaise état ? A contrario, à quoi sert une autoroute neuve à trois voies, si nous utilisons une vieille voiture n’excédant pas plus de 80Km/h ?

Métaphore du câble ( autoroute) et des données (voitures)

La réponse à ces questions est évidente et c’est pour cela qu’il est important de sensibiliser les responsables d’entreprises au câblage universel.

Le câblage structuré (cuivre et fibre optique) est plus délicat que les câbles électriques et c’est eux qui sont délaissés et maltraités. Effectivement, le câblage est souvent un autre service que les entreprises d’électricité proposent alors qu’il est une branche à part entière. La force de traction du tirage des câbles, le rayon de courbure, les appareils de mesures, les protocoles et la manière de travailler diffèrent énormément. Alors pourquoi ce service est-il tout de même proposé ? Car il n’est pas pris à la hauteur de son importance (nous ne le répéterons jamais assez). De plus, étant donné que les ressources à investir sont conséquentes, il est encore plus difficile de trouver un partenaire adéquat. Formations complémentaires / supplémentaires, formations continues et quelques dizaines de milliers de francs à débourser pour les outils de travail de « base » sont les prérequis pour travailler dans ce domaine.

Quelques appareils nécessaires pour une bonne mise en place du câblage structuré

Câblage cuivre

Moins onéreux que la fibre optique, le câblage cuivre est en constante évolution. Aujourd’hui, il est possible de faire passer 10Gb de données sur une distance de 90m grâce aux câbles catégorie 6 et 7. Evidemment, avant toute chose, il faut connaître les caractéristiques des différentes catégories de câblage afin de déterminer lesquelles satisferont notre besoin. A l’intérieur des bâtiments, le cuivre est utilisé pour des distances n’excédant pas 90m dû au débit. Selon la capacité des anciennes installations (canal, tube, percement), étant donné que la place nécessitée pour passer les câbles peut être grande, il pourrait être très onéreux de continuer avec du cuivre. Effectivement, s’il n’y a plus de place pour passer un câble dans un canal, il faudrait en ajouter un nouveau voire effectuer de nouveaux percements.

Voici les différents types de câbles cuivres utilisés aujourd’hui que l’on trouve encore sur le marché ainsi que leur performance (selon la société Reichle De Massari[1]) pour 100 mètres:

  • Catégorie 5D : capacité de 1 Gb avec une fréquence maximale de 100 MHz. Cette catégorie n’est plus recommandée pour de nouveaux projets.
  • Catégorie 6 : capacité de 1 Gb avec une fréquence maximale de 250 MHz.
  • Catégorie 6A : capacité de 10 Gb avec une fréquence maximale de 500 MHz.
  • Catégorie 7 : capacité de 10 Gb avec une fréquence maximale de 600 MHz.
  • Catégorie 7A : capacité de 10 Gb avec une fréquence maximale de 1 GHz.
  • Catégorie 8.1 : capacité de 40 Gb sur 30m avec une fréquence maximale de 2 GHz.
  • Catégorie 8.2 : capacité de 40 Gb sur 30m avec une fréquence maximale de 2 GHz.

La catégorie 7, 7A ainsi que la 8.2 ne sont pas courantes car les connecteurs ne sont pas des RJ45. Il est également important de noter que les câbles sont plus avancés que les normes et cela produit donc un décalage avec la catégorie. Par exemple, un câble catégorie 7 sera normé par un test catégorie 6A.

Câblage fibre optique

Bien que plus onéreux que le cuivre, le prix de la fibre optique peut tout de même être justifié. Effectivement, la taille de la fibre de 9 micron (environ la taille d’un cheveu) peut transférer X Mb de donnés. De plus, la sécurité est plus élevée. En effet, il n’est pas possible de se brancher à un câble fibre pour déviais les informations contrairement au câble cuivre. Cependant, ce n’est pas pour autant que son homologue ne devrait plus être utilisé. Encore une fois, tout dépend de la nécessité.

Les avantages de la fibre optique sont :

  • Gain en poids
  • Gain en place
  • Débit de transmission plus haut
  • Distance : peut parcourir de plus longue distance avec moins de perte que le cuivre
  • Aucune interférence

Les inconvénients :

  • Prix
  • Très délicats

Il y a deux types de fibres, la Single Mode (SM) ou Monomode ainsi que la Multimode (MM). Les deux ont des caractéristiques différentes et sont donc utilisées pour différents besoins.

  • Single Mode : elle est utilisé pour d’importantes distances et est donc généralement à l’extérieur des bâtiment. En Suisse, elle est principalement utilisée par les opérateurs téléphoniques.
  • Multimode : elle est utilisé pour des distances plus courtes, typiquement dans un data center ou entre les étages des bâtiments.

En résumé, il faut savoir qu’il y a différentes possibilités mais la qualité du matériel (et du travail) doit rester une priorité. Les câbles à choisir devraient avant tout dépendre de la nécessité de l’entreprise afin de pouvoir allouer un budget en conséquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *